Membres du comité

  • Président : Jacques Lamoureux (Directeur industriel)
  • Secrétaire : Marc Bernard (Expédition)
  • Membres:Michel Gardette,Patrick Degrotte,Joaquim Lourenço,Gilberte Clair, Pascal Bornat (Nettoyage Roto), Luis Munoz (Chauffeur), Denis Bourletias (Maintenance), Philippe Manaranche (Rotative), Valente José.
  • Docteur : Danielle Demars
  • Infirmières : Agnès Mathé

 

L’évaluation des risques professionnels : une démarche de progrès 

Depuis plus de dix ans, les employeurs ont l’obligation d’évaluer les risques professionnels auxquels sont exposés les salariés.

Depuis novembre 2001, cette obligation a pris une importance accrue avec la création d’un « document unique » qui formalise les résultats sur l’évaluation des risques. Elle est intégrée au Code du travail par le biais des articles L 230-1 à L 230-5. Cette obligation est nouvelle en matière de sécurité.

Le but de la démarche n’est pas seulement la formalisation des résultats dans ce « document unique » mais aussi et surtout à identifier les dangers, à les analyser et à mettre en place des actions pour y remédier ou des actions de prévention pertinentes.

Le législateur a voulu mettre l’accent sur l’idée d’évaluer avant que se produise l’accident, le but étant de prévenir l’apparition d’accidents et de maladies professionnelles plutôt que simplement constater et analyser les accidents a posteriori.

L’évaluation des risques doit conduire à réduire les risques d’accidents du travail et de maladies professionnelles pour les salariés. Elle constitue la première étape indispensable d’une politique de prévention.

Au journal, cette évaluation a débuté en juillet 2002. Pour chacun des « métiers » de l’entreprise (nettoyeurs rotos, rotativistes, expéditions, administratifs, etc.) des groupes de travail ont été constitués comprenant : le responsable de la sécurité, le CHSCT, un responsable du service concerné, un ou plusieurs salariés du service concerné, un représentant du service médical, ainsi qu’un représentant de la DRH.

A ce jour, c’est plus de 90 réunions qui ont été nécessaires pour l’évaluation des risques d’une grande partie des services de l’entreprise et l’on peut dire que d’ici à la fin de l’année le « registre unique d’évaluation des risques » sera terminé.

A titre d’exemple, au service nettoyage rotatives, secteur à risques s’il en est, cette « évaluation » a amené la réflexion, entre autres, sur les méfaits des solvants et la mise à disposition de protections individuelles (gants, masques, lunettes), ainsi que l’installation de véritables escaliers (moins étroits et pentus) sur les rotos permettant aux nettoyeurs de monter et descendre sans danger avec des seaux. Pour d’autres, ce sera la mise en place de consignes de sécurité afin de sensibiliser les salariés aux dangers.

La démarche d’évaluation des risques doit être dynamique et évolutive. C’est pourquoi, chaque année, une mise à jour doit être effectuée. Elle commencera au journal début 2005 pour les services évalués depuis déjà plus d’un an.